Comment reconnaître le style Art déco ?

Le style Art déco naît en réaction à l’Art nouveau. Ses prémices trouvent leurs sources un peu avant la Première Guerre Mondiale. Toutefois, c’est à partir de 1920 qu’il se généralise. De fait, à cette époque, l’Art nouveau devient persona non grata en tant que représentant du monde qui a précipité l’Humanité dans une guerre ravageuse et destructrice. Ce mouvement, alors appelé style 1925 prend fin avec le début de la Seconde Guerre Mondiale en 1939.

Du point de vue artistique, le mobilier Art déco prend le contrepied de l’Art Nouveau et abandonne le végétal au profit de la géométrie. La symétrie, les formes épurées et les lignes droites substituent l’asymétrie, les volutes et les motifs chargés du style 1900. Il s’agit des critères primaires qui permettent de reconnaître le style Art déco. Le Cubisme, alors actif en peinture et en sculpture aide également ce virage à 180 degrés. Par ailleurs, quelques influences africaines s’observent également.

L’article “Comment reconnaître le style Art déco?” vous donne un aperçu des principales caractéristiques du style 1925, en mobilier surtout, et ouvre une perspective en ce qui concerne les arts décoratifs.

I. Étendue et étymologie du terme “Art déco”

Le style Art déco se traduit dans de nombreuses strates de la société, tant en architecture qu’en joaillerie, que dans la mode, l’orphèvrerie ou l’ameublement.  Il s’agit du premier mouvement qui, en architecture et en arts décoratifs, dispose d’une ampleur mondiale. Bien qu’elle ne soit pas uniforme, l’influence de l’Art déco demeure considérable et s’identifie aisément.

Broche Art déco. Or blanc et diamants.
Broche Art déco, circa 1925. Or blanc et diamants. En vente sur Antikeo.

D’un point de vue étymologique, le terme Art déco, tel que nous le connaissons actuellement, s’établit dans les années 1960. Les contemporains de l’Art déco appelaient ce style « Art appliqués » ou « Style 1925 ». Le terme Art déco vient de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925 lors de laquelle les Arts appliqués connaissent leur heure de gloire.

II. Les lignes de l’Art déco

Contrairement aux lignes de l’Art nouveau, celles de l’Art déco n’ont plus aucune liberté. Les lignes caractéristiques du style 1925 reviennent à un ordre classique, rigoureux, symétrique et droit. Par ailleurs, les lignes s’agencent de manière géométrique. Les lignes droites de l’Art déco sont pures et servent, à elles seules, à établir un meuble ou un objet d’arts décoratifs. Quelques courbes peuvent exister dans le bâti d’un meuble. Toutefois, elles sont toujours très amples et très légères. Toute représentation Art déco est, incontestablement géométrique. Même les quelques motifs floraux sont simplifiés et s’illustrent grâce à de simples lignes. Il s’agit d’une véritable rupture par rapport au style précédant.

Commode Art déco, poignées chromées.
Commode Art déco, circa 1925. En vente sur Antikeo.

III. Les bois et matériaux de l’Art déco

Les matériaux sont, encore plus que jamais, d’une importance cruciale sous l’Art déco. De fait, alors que l’ornementation (cf. supra) se simplifie drastiquement avec ce nouveau style, le mobilier Art déco se caractérise avant tout grâce aux matériaux qui le composent.

Les essences de bois de l’Art déco

Le mobilier Art déco valorise des essences de bois précieux pour leur confection et leur décoration. Le placage et la marqueterie sont omniprésents sur les meubles. Il se réalisent à base d’ébène de Madagascar, de palmier, d’amarante de Guyane, de palissandre, de bois de rose, de thuya, de citronnier et d’acajou de Cuba. Les surfaces planes, quant à elles, se recouvrent souvent de loupes ou de racines, offrant des motifs particuliers.

Bahut Art déco. Ebène et citronnier.
Bahut Art déco, circa 1930. Ebène et citronnier. En vente sur Antikeo.

Les matériaux caractéristiques de l’Art déco

L’emploi de métaux tels que l’argent, l’acier ou le bronze dorés et mats permet de réaliser des entrées de serrures et des poignées du mobilier. Il s’agit d’une des caractéristiques du style 1925. En outre, le cuivre, qu’il soit rouge ou jaune, l’étain et d’autres alliages permettent de réaliser des incrustations sur certains panneaux. A cet égard, un nouvel alliage réalisé de cuivre et d’étain permet les filets d’incrustations : il s’agit de melchior. Enfin, le fer forgé, déjà en vogue sous l’Art nouveau reste à la mode. Il permet de réaliser des piétements de tables et consoles, des lampes et lustres ou encore des encadrements de miroirs.

Console Art déco, piétement en fer forgé.
Console Art déco, crica 1940. Piétement en fer forgé et plateau de marbre travertin. En vente sur Antikeo.

IV. Ornementation de l’Art déco

L’ornementation du mobilier Art déco est minimaliste. Les grandes lignes droites, créant de grande surfaces planes sont la principales ornementation. Quelques rainures et saillies peuvent agrémenter les grands panneaux. Les contrastes de couleurs obtenus par les différentes essences de bois permettent également d’obtenir un rendu visuel caractéristique à l’Art déco. Quelques fleurs, corbeilles et fruits ornent certaines pièces de mobilier. Toutefois, ils sont, la plupart du temps, géométrisés. Les motifs géométriques sont aussi à la mode, qu’il s’agisse de cercles, de triangles, de lignes brisées,…Ils peuvent, dans certains cas, s’imbriquer les uns dans les autres et former de grands ensembles. Cette géométrisation complète de l’ornementation permet de reconnaître le style Art déco facilement.

Meuble d'appui Art déco. Marqueterie géométrique.
Meuble d’appuis Art déco, circa 1930. Marqueterie d’acajou, d’érable et de sycomore de forme géométrique.

L’Art déco délaisse toutes moulures, sculptures et reliefs. Par ailleurs, les avancées scientifiques de l’entre-deux guerres permettent de vernir du mobilier à grande échelle au vernis synthétique. Dorénavant, la gomme laque et le vernis Martin ne sont les seuls modes de vernissage du mobilier. En outre, les jeux de placages sont excessivement importants dans l’ornementation du mobilier Art déco. A cet égard, l’Industrialisation, en marche depuis plusieurs décennies, permet la production de bois de placage plus fins et plus réguliers. Ces derniers adhèrent mieux au bâti et souffrent moins des variations hygrométriques.

V. Les meubles Art déco

En matière de meubles, l’Art déco reprend les formes existantes et les adapte. Toutefois, quelques caractéristiques propres à ce mobilier singulier se présentent. Ce mobilier vise à agrémenter les immeubles Art déco, dont les plus connus sont les immeubles paquebots.

Les nouveaux meubles Art déco

En ce qui concerne les sièges, l’Art déco innove et voit apparaître de nouveaux types de fauteuils. Il s’agit, entre autres, du cosy-corner, un divan d’angle dont les coussins sont enchâssés dans une structure de bois. De même les canapés et fauteuils aviateurs sont à la mode. Il s’agit de sièges dont la structure se réalise à base de cuir et de plaques d’aluminium. Elles se fixent à l’aide d’écrou, telles l’intérieur d’un avion. Ce style aviateur se propage également dans la conception de meubles tels que des commodes, buffets, consoles ou chiffonnier.

Quant aux autres meubles Art déco tels que les tables, les chaises, les commodes, les consoles, les bureaux, etc., ils reprennent les lignes droites et simples caractéristiques de l’Art déco. Il se réalisent à base d’essences telles l’ébène, le palmier, l’amarante, le palissandre ou l’acajou. Le corps des commodes est souvent galbé, voire même ventru et ses poignée sont soit chromées mattes, soit en bronze. Les tables quant à elles sont soit rondes, soit ovales, soit rectangulaires aux angles cassés. Le plateau repose généralement sur un seul pied central ou sur deux piétements, qui peuvent se composer de deux demi-cercles convexes qui se fixent eux-mêmes sur un socle de bois.

Table Art déco, piétement convexe.
Table Art déco, crica 1925. En vente sur Antikeo.

Les grands ensembles Art déco

Par ailleurs, le mobilier Art déco se caractérise aussi par les grands ensembles. Ce contexte connaît ses balbutiements sous l’Art nouveau et trouve son essor sous l’Art déco. A partir des années 1920, les grands magasins tels que le Printemps, le Bon Marché ou les Galeries Lafayette se lancent dans la vente d’ensembles de mobilier Art déco et des objets décoratifs qui s’y rapportent.

D’autres marchand de meuble en font de même. De petites séries de meubles comme des salles-à-mangers, des salons ou des chambres-à-couchers sont produites à plus grande échelle. Ces meubles se vendent à des prix plus bas, ce qui permet à la classe moyenne naissante d’en acquérir.

L’Art déco, au-delà du mobilier

Enfin, il y a lieu d’identifier les manifestations de l’Art déco au sein d’autres types d’arts décoratifs. Que ce soit en matière de verrerie, d’argenterie, de faïence, de sculpture, peinture, ou de faïence. Tous ces objets disposent du vocable Art déco, soit des lignes droites, des motifs géométriques ou géométrisant,…

Vase Art déco, signé Catteau. Boch Frères.
Vase Art déco, circa 1922. Vase signé Charles Catteau pour la Manufacture Boch Frères (La Louvière – Belgique). En vente sur Antikeo.

En matière de verrerie, par exemple, les manifestations sont nombreuses. Les verres de tables, la jambe se raccourci et se résume à un nœud en forme de carré ou de rond et la coupe, quant à elle, prend la forme d’un entonnoir. Les vases en verre moulé deviennent nombreux. Ils disposent de motifs géométriques qui s’imbriquent les uns dans les autres ou de motifs typiques de l’Art déco (cf. supra). Enfin, de nombreux éléments de verres moulés sont réaliser afin d’agrémenter des lustres et luminaires. Certains lustres Art déco et lampes disposent d’une structure en métal (bronze, chrome ou fer forgé) sur laquelle des tulipes, coupes ou obus en verre dépoli se fixent. Par ailleurs, les plus grands producteurs de verre, tels Murano, créent des luminaires en verre soufflé. Ces lustres colorés disposent de nombreux éléments raffinés. Enfin, de longs lustres à pampilles en colonnes deviennent à la mode et ornent les cages d’escaliers.