Commode style Restauration

Comment reconnaître le style Restauration ?

Le style Restauration succède au style Empire. Il correspond au retour à la monarchie avec Louis XVIII et Charles X de 1815 à 1830. Cet période se caractérise par un considérable appauvrissement de l’Etat. Moins inventif que le style Empire, il se veut moins monumental et opère la transition entre la sobriété impériale et la richesse esthétique du style Louis Philippe. En effet, les caractéristiques du style Restauration visent avant tout à fournir un mobilier intime et confortable, dont la production s’industrialise peu à peu au détriment de l’artisanat.

Chambre de Juliette de Récamier. Mobilier Charles X.
Chambre de Juliette de Récamier à Châtenay-Malabry. Lit nacelle Charles X, console à piétements en lyres Charles X et siège crapaud Charles X.

I. Caractéristiques du style Restauration

Les lignes du style Restauration

Le style Restauration marque une rupture avec l’Empire en ce que les lignes et formes s’arrondissent. Les lignes droites, épurées et massive du style précédent s’adoucissent par un retour aux courbes. Des éléments du gothique dit “troubadour” inspirés par les églises gothiques tempèrent la rigidité impériale et permettent de reconnaître le style Restauration. Par ailleurs, la parfaite symétrie du mobilier Directoire et Empire tend à disparaître.

Les essences du style Restauration

Le style Restauration et, en particulier le mobilier Charles X recourent aux essences indigènes et claires, souvent vernies. Il s’agit, entre autres, de l’orme, du frêne, du thuya, de l’if, de l’érable, du sycomore, du hêtre ou de l’olivier.

Ces grands panneaux de bois clairs peuvent être incrustés avec quelques motifs et filets en bois sombres tels que l’amarante ou le palissandre.

Bibliothèque style Charles X. Merisier et ébène.
Bibliothèque de style Charles X, circa seconde moitié du XXe siècle. Merisier et filet d’ébène. En vente sur Antikeo.

Ornementation et piétement du style Restauration

Contrairement au mobilier Empire, le style Restauration comporte très peu d’éléments de bronze rapportés. Le mobilier se compose de grands panneaux, souvent en bois clairs. Des motifs en bois clairs et/ou foncés les ornementent. Les décors privilégiés sont, entre autres, des guirlandes, des rinceaux, des feuillages, des rosaces, des fleurs, des cols de cygnes, des chevaux, des mains ou encore des cornes d’abondances.

En outre, des motifs en vogue depuis le Directoire et issus de l’Antiquité ornent le mobilier Restauration. Nous pouvons citer, à titre d’exemple, la palmette, les victoires, les génies, les nymphes et chimères.

Enfin, le piétement du mobilier Restauration se veut cambré à l’avant et en sabre à l’arrière. Des têtes de bélier ou des griffes de lions peuvent les agrémenter. La lyre et la palmettes agrémentent certains pieds. Enfin, grande nouveautés, les pieds peuvent se terminer en cuisses de grenouille. Cette forme particulière est très populaire sous le style suivant, le Louis Philippe.

II. Meubles du style Restauration

Le style Restauration n’innove pas particulièrement dans la création et le design du mobilier. En effet, il reprend les formes déjà existantes de lits, secrétaires, commodes,… et les adapte. Ce mobilier est également communément appelé mobilier Charles X.

Commodes

Les commodes Restauration ne disposent pas d’éléments de bronze rapportés. Seules de discrètes entrées de serrures et poignées en bronze doré agrémentent les commodes. Contrairement aux commodes et dresses Empire, les pilastres flanquées de chaque côté des tiroirs disparaissent. Le tiroir supérieur est généralement plus petit et se fond dans le bandeau sur lequel le plateau de marbre repose. De plus, tout comme leurs homologues Empire, deux vantaux peuvent dissimuler les tiroirs des commodes Restauration.

Les tables et guéridons

Tout comme sous les styles Directoire et Empire, le style Restauration compte une grande variété de tables et guéridons. De fait, le guéridon trépied est toujours en vogue, tout comme celui en fût, initié sous l’Empire. Toutefois, de nouveaux piétements apparaissent. Il s’agit, notamment, de lyres ou de S, caractéristiques du style Restauration.

Les guéridons sont extrêmement variés : il peuvent être de différents diamètres et hauteur et leur plateau recouvert de bois ou de marbre. Ce dernier repose généralement sur une large ceinture de bois incrustées de décors.

Guéridon Restauration. Pied en fût tourné en balustre. Palissandre.
Guéridon Restauration, circa première moitié du XIXe siècle. Pieds en un fût tourné en balustre terminé par une base en plinthe trilobé. Palissandre massif et plaqué.

Les sièges

Les sièges Restauration sont moins volumineux et massifs que leurs homologues Empire. Il s’agit de petites pièces, légères et facilement malléables. Le siège gondole, initié depuis le Directoire avec son dossier plan concave est toujours à la mode. Une des innovations apportée par le style Restauration est la généralisation de l’accotoir enroulé en crosse.

Les fauteuils sont également variés. Une innovation du style Restauration est le voltaire, dont le dossier est très haut et courbé à hauteur des reins. La bergère reste en vogue est dispose d’un coussin d’assise amovible. La chauffeuse apparaît également. Il s’agit d’un siège similaire au voltaire mais dont le piétement est assez court.

Enfin, les chaises sont similaires aux fauteuils, mais sans les accoudoirs. De manière générale, les dossier sont ajourés, comportant des incrustation en bois clairs.

Enfin, les canapés et méridiennes initiés sous l’Empire demeurent lors du style Restauration. Leur modèle ne diffère pas, si ce n’est qu’ils sont réalisés en bois clair. Dans ce cas, les différentes parties de bois peuvent contenir des incrustations.

Bureaux et secrétaires

Le style Restauration voit naître un grand nombre de bureaux et secrétaires. A titre d’exemple, nous pouvons citer le bureau plat de ministre. Le piétement comporte quatre ou huit pieds. Il se réalise en bois clair, et s’agrémente d’incrustations. Une feuille de cuir repoussé rouge ou vert foncé capitonne le centre du plateau. Le secrétaire à abattant  reste similaire à ceux réalisés sous l’Empire à la seule différence qu’il perd ses colonnes et que son tiroir supérieur se fond dans le bandeau qui supporte le plateau de marbre.

Secrétaire à battant Restauration. Noyer et acajou.
Secrétaire à abattant Restauration, circa première moitié du XIXe siècle. Noyer et loupe de noyer. En vente sur Antikeo.

Les lits

Les lits de travers, devant être posés le long d’un mur, créés sous l’Empire demeurent sous le style Restauration. Dorénavant, ils se réalisent en bois clair et ne disposent plus de bronze. Il en est de même pour les lits nacelles et bateaux.

Autres meubles

Enfin, d’autres meubles, conçus sous le Directoire ou l’Empire sont repris et adaptés, que ce soit par l’essence de bois utilisée ou par leur piétement. Nous pouvons citer, à titre d’exemple, la console aux pieds en S ou les bibliothèques

Console de style Restauration. Acajou et marbre.
Console d’applique de style Restauration, crica début du XXe siècle. Ronce d’acajou de Cuba et marbre gris. En vente sur Antikeo.

Pour conclure, le mobilier Restauration, où Charles X reste minoritaire au vu de la courte période de temps durant laquelle il a été produit et le peu de commandes étatiques passées. Bien que d’aucuns intègrent le style Louis Philippe sous le vocable Restauration, il nous apparaît que ces deux styles doivent être dinstingués. Il s’agit d’ailleurs du parti pris par un grand nombres d’antiquaires et site de ventes d’antiquités.


Découvrez une sélection d’objets en lien avec l’article :