Tommy Saint-Louis

Les Cristalleries Saint-Louis, un savoir-faire d’excellence

La Compagnie des Cristalleries Saint-Louis a une longue histoire. Il s’agit de la première manufacture de cristal en France et de la plus ancienne d’Europe, fondée en 1586 au cœur de la vallée de Münzthal en Moselle. À Saint-Louis-Lès-Bitche, cette société appartient depuis 1995 à l’entreprise Hermès et conçoit de luxueuses pièces de service de table comme des verres à vin ou à champagne, des gobelets ou encore des carafes. Taille de gravures et de décors à la main, création de palettes de couleurs originales et innovation des designs caractérisent le travail d’excellence des verriers de la société.

L’histoire d’une manufacture royale de verrerie

En 1586, une première petite verrerie pose ses valises dans le Pays de Bitche, au cœur de la vallée de Münzthal dans les Vosges du nord. Cette position est stratégique, car la région forestière possède un sol riche de pierres, de fougères et de sables, matières nécessaires à la conception du verre. En 1767, sous le règne du roi Louis XV, la compagnie devient la « Verrerie Royale de Saint-Louis ». La production bat son plein et la maison devient un lieu important de l’économie en France. Bien que la recette initiale de la fabrication du cristal soit découverte en 1676 par l’anglais Georges Ravenscroft, c’est en 1781 que la Verrerie Royale de Saint-Louis adopte les techniques du travail du cristal au plomb.

Édouard Pingret, Vue de la manufacture Saint Louis début XIXème

L’Académie Royale des Sciences accorde à la verrerie le titre de « cristallerie », une première en France. En 1829, les maîtres verriers ne se consacrent plus qu’au cristal et font de la fabrication de services destinés aux arts de la table, une véritable signature. C’est la naissance du fameux modèle Trianon. Les années 1830 marquent le début de l’utilisation de la couleur à base d’oxydes métalliques en verrerie donnant les verres colorés que nous aimons tant. De nombreuses œuvres d’art voient le jour et, à l’occasion du dixième anniversaire de la première guerre mondiale, la collection Tommy remporte un franc succès. Depuis et jusqu’à aujourd’hui, l’univers des arts de la table et des arts décoratifs en cristal est sans cesse enrichi par de nouvelles collaborations artisanales. En effet, plusieurs Meilleurs Ouvriers de France travaillent sans relâche au sein de cette noble entreprise.

Les différentes techniques de fabrication des pièces d’art en cristal

La maîtrise des savoir-faire et techniques des maîtres verriers de la cristallerie Saint-Louis témoigne de nombreux siècles de production au service de l’art du cristal. La conception du design d’un objet passe par plusieurs étapes : du façonnage de la matière par l’atelier du chaud, à la taille du décor par l’atelier du froid.

L’étape n° 1 : L’atelier du chaud des maîtres verriers

La fabrication commence au sein de l’atelier du « chaud » de la cristallerie. Plusieurs fours (four à bassin ou four à pots) peuvent être utilisés en fonction de l’objectif artistique à atteindre. Le travail consiste à « cueillir la matière » au sein des baies de cueillage maintenues à 1200°C à l’aide de longues cannes de prélèvement. Le cristal en fusion est à environ 1450°C lorsqu’il sort du four sous la forme d’une masse malléable. Le maître verrier peut alors souffler, étirer ou encore aplatir la matière pour façonner une première sculpture appelée « paraison ».

L’étape n°2 : L’atelier du froid des tailleurs

C’est dans l’atelier du « froid » que se poursuit le travail de la pièce, sous un filet d’eau en continu pour éviter les surchauffes. La taille est réalisée par les maîtres tailleurs puis vient l’étape du décor. À Saint-Louis, plusieurs techniques de gravure permettent de réaliser des designs bien différents. À la gravure à la roue et à l’acide s’ajoute le décor à l’or fin 24 carats et au platine. L’objet est ensuite recuit à 500°C puis soigneusement signé et emballé.

Une collection d’excellence des arts de la table

Spécialisée dans la production de pièces haut de gamme en cristal, la manufacture royale de Bitche a conçu des modèles signature, connus dans le monde entier, tels que le verre à vin Tommy. Au fil des années, les artistes et designers se sont succédés pour réinterpréter les œuvres d’art classiques qui ont fait la renommée des Cristallerie Saint-Louis.

La première maison de production de pièces en verre de France

L’entreprise Saint-Louis s’est très vite spécialisée dans la fabrication de pièces de cristal destinées aux arts de la table. Verres à vin ou à champagne, carafes ou gobelets sont autant d’objets utilitaires et ornementaux signés Saint-Louis que tout le monde connaît. D’autres œuvres telles que des lustres, vases ou pieds de lampes font également partie des collections et de l’histoire de la cristallerie. Les pièces en cristal haut de gamme de la société alsacienne sont des ambassadrices du luxe à la française. Le verre à vin Roemer Tommy ainsi que le modèle Trianon en sont les exemples parfaits.

Une entreprise mettant à l’honneur des designers de talent

La maison Saint-Louis collabore depuis de nombreuses années avec de talentueux designers et artistes contemporains. Paul Nicolas, Maurice Dufrêne, Hervé Van Der Straeten ou encore Noé Duchaufour-Lawrance se sont succédés pour enrichir la collection de nouvelles idées et techniques. Nathalie Dewez, architecte d’intérieur belge est spécialiste du luminaire sculptural qu’elle considère comme « l’objet le plus directement lié à l’espace (…) ». En 2012, elle collabore avec l’entreprise Hermès pour concevoir une série de lampes sur pieds et des suspensions à partir de chutes de cristal Saint-Louis.

L’artiste hollandaise Kiki Van Eijk est à l’origine du design Matrice conçu de petits luminaires et objets de décoration inspirés de la centaine de moules en stock à la manufacture. Noé Duchaufour-Lawrance, architecte d’intérieur françaisa quant à lui imaginé la collection Folia, véritable hommage à la forêt alsacienne. Ses créations évoquent des motifs végétaux et mêlent le travail du bois et du cristal pour un résultat à la fois moderne et authentique.

Les collections phares des Cristalleries Saint-Louis

            Le verre à vin en cristal Tommy Saint-Louis a vu le jour en 1928 à l’occasion du dixième anniversaire de l’armistice de la Grande Guerre. En 1938, il trône sur la table du déjeuner organisé dans la galerie des glaces du château de Versailles en l’honneur du roi George VI et de son épouse la reine Elisabeth. Chaque verre est soufflé fait l’objet d’une taille à la main et est aujourd’hui disponible en plusieurs couleurs.

            Plus récemment, le service de gobelets et verres de table « Bubbles » met à l’honneur un design atypique, caractérisé par des bulles empilées rappelant ainsi celles contenues dans les coupes de champagne. Toujours dans ce pétillant univers de la boisson festive, la collection Twist 1586 arbore des lignes plus épurées, soulignées par des côtes vénitiennes.

Dès le milieu du XIXème siècle, la manufacture se lance dans la production de lustres et de suspensions en cristal. La collection Royal propose des suspensions d’une incroyable transparence. Plus originaux encore, les luminaires « Arlequin » arborent de joyeuses teintes à l’instar de celles portées par le héros de la Commedia Dell’arte.

Situé au sein des locaux de la compagnie des Cristalleries Saint-Louis, le musée met à l’honneur environ 2000 créations d’art, témoignant du savoir-faire des maîtres verriers au cours du temps. Le parcours scénographique retrace l’histoire de ce lieu mythique, des ateliers du « chaud » et du « froid », à la zone de montage, en passant par l’atelier des presse-papiers.

La verrerie ancienne vous intéresse ? Vous trouverez sur le site Antikeo une catégorie dédiée à cet art noble et raffiné.


Découvrez une sélection d’objets en lien avec l’article :