Paul SIGNAC (1863-1935) - Paris - "Le Pont des Arts avec remorqueurs " - Eau-Forte

XIXe siècle
Art Moderne
Malheureusement, cet objet n'est plus disponible.
Découvrez ci-dessous une sélection de nos Gravures anciennes, Estampes anciennes

Objet mis en vente par

Voir la Galerie
Paul SIGNAC (1863-1935)
 Remorqueurs sous Pont des Arts à Paris . 1927
Gravure à l’eau forte.
Signé dans la planche en bas à gauche.
Bel  état, toutes marges. 
Dimensions de la planche : 12.7 x 19cm.
Dimensions du cadre : 30 x 37 cm.
Cette gravure originale s’inscrit dans les nombreuses vues de Paris qu’a réalisé l’artiste. 

Signac travaille avec Seurat et Pissarro, avec qui il va former le groupe des « impressionnistes dits scientifiques ». Il se convertit très vite à la pratique de la division scientifique du ton. La technique empirique du pointillisme consiste à diviser les tons en de toutes petites taches de couleurs pures, serrées les unes contre les autres, afin que l’œil du spectateur, en les recomposant, perçoive une unité de ton. Signac et les néo-impressionnistes pensent que cette division des tons assure d'abord tous les bénéfices de la coloration : le mélange optique des pigments uniquement purs permet de retrouver toutes les teintes du prisme et tous leurs tons. La séparation des divers éléments (couleur locale, couleur d'éclairage et leurs réactions) est aussi assurée, ainsi que l'équilibre de ces éléments et leur proportion, selon les lois du contraste, de la dégradation et de l'irridiation. Enfin, le peintre devra choisir une touche proportionnée à la dimension du tableau6. En 1885, son intérêt pour « la science de la couleur » le pousse à se rendre aux Gobelins où il assiste à des expériences sur la réflexion de la lumière blanche.

Au cours des années 1890 après un voyage en Italie et un séjour à Cassis puis à Saint-Briac  en Bretagne, il devient le chef de file du néà-impressionnisme: apôtre enthousiaste du mouvement, il se livre à une véritable campagne de prosélytisme pour lui gagner de nouveaux adeptes. En 1892, il découvre Saint-Tropez, où il achètera cinq ans plus tard la villa La Hune, et organise les expositions posthumes de Seurat à Bruxelles et à Paris. En 1894, il s’essaye à la grande peinture décorative, surtout pour un immense tableau — depuis 1938, propriété de la mairie de Montreuil —, Au temps d’harmonie. Néanmoins, s’il est vrai que Signac a de bonnes relations personnelles avec les nabis, notamment Bonnard, il ne partage pas du tout leurs vues esthétiques, et n’adhère pas au credo religieux de Maurice Denis. Il se veut personnalité impartiale, au-dessus des écoles, ami des uns et des autres, souple et convivial, et devient président de la Société des artistes indépendants en 1908.

Le mouvement néo-impressionniste est remis en cause à la mort de Seurat en 1891, Signac tente donc de le légitimer avec son ouvrage De Delacroix au néo-impressionnisme, publié en 1899. La publication du Journal de Delacroix entre 1883 et 1895 a également beaucoup influencé Signac puisqu’il décide de faire son propre journal en 1894, qu'il ouvre avec une réflexion sur les relations entre Delacroix et le néo-impressionnisme. Signac légitime donc les néo-impressionnistes en les plaçant comme héritiers de Delacroix dont le talent n’est pas remis en doute, décrit comme le père des coloristes.

Les impressionnistes sont ainsi les intermédiaires entre Delacroix et les néo-impressionnistes pour le progrès de l'art qui consiste pour Signac à faire une œuvre la plus colorée et la plus lumineuse possible. De Delacroix aux néo-impressionnistes est un manifeste considéré dans un premier temps comme une source fiable puisque Signac avait été un des plus proches amis de Seurat, avant d’être remis en cause notamment par William Homer Selon lui, l’ouvrage de Signac est trop simplifié, et il souligne le fait qu’entre le début du néo-impressionnisme (1886), et la date de publication, (1899), ses idées auraient évolué et ne seraient plus fidèles à Seurat. Signac aurait également voulu se donner le rôle de co-fondateur du mouvement alors qu’il aurait été relégué au second plan du vivant de Seurat. En effet, dans son ouvrage, Signac minimise paradoxalement l'importance des théories scientifiques, mais cela est pour répondre à la critique d'être trop dogmatique. Il insiste sur le fait que la science n’est qu’un outil au service de l’artiste et qu’elle ne limite en rien sa créativité. Ces techniques sont faciles, et peuvent s’apprendre selon lui dès l’école primaire.

Ref: HOKQE47WYQ

Style Art Moderne (Gravures, Estampes Art Moderne)
Époque XIXe siècle (Gravures, Estampes XIXe siècle)
Artiste SIGNAC
Longueur (cm) 19
Hauteur (cm) 13
Matériau(x) Parchemin
Délai d'expédition Prêt à être expédié en 4-7 jours ouvrables
Localisation 27170, BEAUMONT LE ROGER, France

La garantie Acheteur sur Antikeo

4 engagements pour acheter en toute confiance

Trustpilot & Antikeo

Les avis de nos clients :

trustpilot score4.7 / 5


Newsletter

Restez informés de nos dernières nouveautés

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez leur utilisation.