Etienne Doirat, Commode D’époque Régence Aux Têtes De Vieillards Et Masque D’apollon.

7.500
XVIIIe siècle
Louis XIV, Régence
LIVRAISON
Depuis : 89260, La chapelle sur oreuse, France

Modifiez votre adresse pour obtenir une estimation précise des frais d'envoi.

    Faites une offre sur cet objet !

    Vous pouvez proposer un prix inférieur si celui-ci vous semble trop élevé. Notre Antiquaire pourra alors l'évaluer et vous faire un retour.

    Contactez notre Antiquaire !

    N'hésitez pas à envoyer un message à notre Antiquaire, il sera ravi d'apporter des précisions sur cet objet.

    Objet mis en vente par

    Voir la Galerie
    Cette belle commode datant du premier tier du XVIIIème siècle, en placage d’amarante, canaux de cuivre et ornementation de bronze est un modèle connu d’Etienne Doirat, elle est d’ailleurs estampillée du maitre ébéniste sur l’arase du montant avant droit,
     
    Etienne Doirat est un des très rares maîtres contemporains à André Charles Boulle à avoir estampillé ses créations, il semble que l’ébéniste décédé en 1732 est estampillée dans les dernières années de sa carrière, notre commode peut être daté aux alentours des années 1720-30.
     
    Ce modèle de sauteuse reprend les caractéristiques des commodes à deux rangs de tiroirs avec traverses apparentent exécutée par le maître, avec une forme annonçant le Louis XV avec des courbes très retenue, en plan la façade est galbée, les montants antérieurs sont arrondis et on remarque un détail très discret c’est qu’ils sont légèrement saillant aux côtés, la commode s'élargit sur l’arrière dans un galbe très léger, 
     
    En élévation la façade ouvre par deux tiroirs qui sont assez haut occupant bien le volume, les bords des tiroirs sont soulignés d’un bec de corbin donnant les façades légèrement saillantes, les deux tiroirs sont séparés par une traverse habillée de canal de cuivre, la traverse basse également soulignée d’un canal de cuivre est découpée en son centre d’un important cul de lampe, les montants antérieurs qui sont arrondi se prolongent directement sans interruption par des pieds galbés.
     
    La façade et les côtés du meuble sont plaqués d’amarante répartis en panneau à plate bande, les montants antérieurs sont plaqués de deux rangs de chevrons séparés d’une bande.
     
    Le bâti de la commode est entièrement en sapin, la construction se compose de 4 montants, de 2 panneaux de côté assemblé à rainure languette dans les montants, les planchers intermédiaires sont assemblés à tenons dans les parois de côté, les traverses hautes sont assemblées à queues d’aronde dans les montants, le panneau du dessus est assemblé collé en feuillure dans les traverses et le panneau arrière est positionné en feuillure dans les montants postérieur.
     
    Les tiroirs sont montés selon les technique habituel des ateliers parisien de la première moitié du XVIIIème siècle, les façades en sapin est réalisées à partir de plusieurs planches de sapin collées ensemble afin d’obtenir la forme, les fonds sont en noyer et sont pris en feuillure dans les 4 côtés, les côtés assemblés à queues d’aronde sont finement débité dans de l’orme, ce bois fruitier qui se retrouve plus rarement, le chêne et le noyer étant plus couramment utilisé, il est intéressant de constater que c’est le même bois ,débité de la même manière qui est utilisé pour la fabrication des côtés d’une commode également estampillée Etienne Doirat que nous avons dans nos collections.
     
    La commode est enrichie d’une belle ornementation de bronze encore Louisquatorzien symbolisant la jeune et la vieillesse avec des tête de vieillard, homme barbue que l’on retrouve également sur des commode estampillée Migeon IV, et le cul de lampe au masque d’apollon aux cheveux noués que l’on retrouve sur d’autre commodes d’Etienne Doirat mais qui semble être inspiré par André Charles Boulle, on retrouve les même visage sur une série de 4 bras de lumière exécuté en 1715 pour la duchesse de Berry, Marie-Louise Elisabeth d’orléans qui sont aujourd’hui conservé au musée du Louvre. Des chaussons à pied de cervidés surmontés de feuillages habillent les deux pieds antérieurs. L’ornementation de bronze est complétée de chutes et de poignées postérieures, celles-ci XVIIIème mais placée ultérieurement, la commode était pourvue à l’origine de bouton de tirage sur rosace, autre habitude de Doirat. On signale également que le tiroir du haut n’a plus sa serrure et que le tiroir du rang inférieur conserve sa serrure en fer d’origine.
     
    Pour terminer ce belle ensemble la commode est coiffée de son marbre qui est un beau Rance de Belgique que l’on reconnaît à ses fossiles de Thamnoporas, Le marbre suis parfaitement la forme du meuble, il est épais présente une tranche arrière encore brute, les bords sinueux du marbre sont travaillés d’une double moulure formée par un bec de corbin sur le dessus aminci d’un large cavet.  
     
    Les meubles d’Étienne Doirat estampillés par le maître restent rares sur le marché, ils sont signe de qualité et sont un témoignage important de l’ébénisterie parisienne du début du XVIIIème siècle.
     
    Concernant le maître parisien, nous vous joignons des extraits d’une récente biographie réalisée pour l’ouvrage sur Robert Antoine Gaudreaus par Daniel Alcouffe, Elisabeth Grall et Jean Perfettini :
     
    « Produit du faubourg Saint Antoine comme Gaudreaus, il était fils de Joseph Doirat, maçon, et de Michelle Ferlu, sœur de l’ébéniste Pierre Isaac Ferlu. Il naquit vers 1670, épousa Marguerite Borel en 1704, fut reçu maître avant 1720 et mourut en 1732. Sa fille Marguerite épousa Louis Simon Painsum, mort avant 1748, avec lequel il collabora. Il eut différentes adresses au faubourg avant de s’installer en 1726 cours de la Contrescarpe-des-fossés-de-la-Bastille, à l’entrée du faubourg. Parmi son compagnon figura Jean-Baptiste Hédouin (maitre en 1738). (…) A sa mort, Doirat était à la tête d’un atelier important comptant onze établis et d’un stock de deux cents meubles divers, terminés ou non, qui furent évalués par Gaspard Coulon et Gaudreaus à plus de 11000 livres. (…) la forme des meubles et les motifs du décor de bronze sont louisquatorziens, le rocaille n’ayant pas encore pénétré les bronzes. (…) Doirat semble avoir joui de débouchés en Allemagne car les collections allemandes renferment plusieurs riches meubles estampillés par lui. (…) On peut se demander si ces meubles n’auraient pas gagné ces régions à travers Gaudreaus, dont nous avons constaté les liens avec l’Allemagne. »
     
    On retrouve des meubles estampillé Doirat dans différents musées dont :
     
    -une commode sauteuse en bois de violette et amarante, au J.Paul Getty Museum de Los Angeles .
     
    -une commode en amarante à filet de palissandre au château d’Aulteribe.
     
    - une commode attribuée en amarante au musée d’Art de Cleveland.
     
    - une commode sauteuse à frisage de croisillon au Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris.
     
    Notre commode correspond à des modèles similaires estampillés Doirat passé en vente :
     
    -Lot 48, amarante , hauteur : 86 cm, largeur : 93 cm, profondeur : 47.5 cm, chez Sotheby’s le 4 novembre 2020.
     
    -lot 202, amarante et bois de violette, hauteur 83 cm, largeur 85 cm, profondeur 43 cm, chez Brissonneau le 9 juin 2010
     
    -lot 98, bois de violette, hauteur 84,5 cm largeur : 87 cm profondeur : 48 cm, chez Jean-Marc Delvaux le 30 juin 2020.
     
    Dimensions au marbre :
     
    Hauteur : 83 cm
    Largeur à l'arrière : 94 cm
    Profondeur au milieu : 48.5 cm
     
     

    Ref: WXFIAV45Y7

    Style Louis XIV, Régence (Commodes Louis XIV, Régence)
    Époque XVIIIe siècle (Commodes XVIIIe siècle)
    Ébeniste Etienne Doirat
    Matériau(x) Amarante
    Délai d'expédition Prêt à être expédié en 4-7 jours ouvrables
    Localisation 89260, La chapelle sur oreuse, France

    La garantie Acheteur sur Antikeo

    4 engagements pour acheter en toute confiance

    Trustpilot & Antikeo

    Les avis de nos clients :

    trustpilot score4.7 / 5


    Newsletter

    Restez informés de nos dernières nouveautés

    Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez leur utilisation.