Fauteuil à La Reine D’époque Louis XV Estampillé Veuve Héron

1.500
XVIIIe siècle
Louis XV, Transition
LIVRAISON
Depuis : 89260, La chapelle sur oreuse, France

Modifiez votre adresse pour obtenir une estimation précise des frais d'envoi.

    Faites une offre sur cet objet !

    Vous pouvez proposer un prix inférieur si celui-ci vous semble trop élevé. Notre Antiquaire pourra alors l'évaluer et vous faire un retour.

    Contactez notre Antiquaire !

    N'hésitez pas à envoyer un message à notre Antiquaire, il sera ravi d'apporter des précisions sur cet objet.

    Objet mis en vente par

    Voir la Galerie
    Cet élégant fauteuil en bois peint et réchampis, offre un travail de sculpture bien saillant que l’on retrouve chez certain bon maitre du faubourg saint Antoine, comme entre autre: Gourdin, Cressent, Burgat et Mayeux,, on retrouve notamment chez ces 4 menuisier le même traitement au niveau des pieds antérieur, comme présenté sur une paire de chaises par l’étude Maigret le 10 décembre 2003. ce type de décors et de modèle de fauteuil encore bien Louis XV se retrouve dans les année 1750-60,
    Construit en hêtre, ce fauteuil est un travail parisien, le bois de siège présente une belle énergie de mouvement, l’assise est large, les pieds antérieurs sont terminés par des petits enroulements et les pieds arrière sont habillés en partie basse de feuillage, la traverse de face ainsi que les masses avant des pieds sont sculptés de fleurs bien saillante, les consoles d’accotoir en retrait sont galbée, elles supportent des accotoirs à manchette, le dossier est plat, de forme légèrement chantourné et sculpté en son sommet de fleurs également bien saillante.
    Ce fauteuil porte sur sa traverse arrière d’assise l’estampille: «veuve héron»
    Selon le Kjellberg: «Un lit Louis XV à deux dossiers renversés en crosse, sculpté de fleurs et de feuillages, vendu à la galerie Georges-Petit le 13 mai 1922, un élégant canapé corbeille, également sculpté de fleurettes, passé en vente en 1954, et quelques autres sièges Louis XV, simples et classiques, portent cette estampille. François de Salverte pense qu’il s’agit de la veuve d’un menuisier du nom de Charles Héron, reçu à la maîtrise en 1725 et qui était domicilié rue Culture-Sainte-Catherine au milieu du XVIIIème siècle»
    On trouve peut de mobilier portant l’estampille «veuve héron», nous avons pu dénombrer les ouvrages de menuiserie suivants dans des ventes aux enchères passés:
    -Un buffet de chasse en chêne a double évolution chez Aguttes le 19 février 2015 et chez Coutau-Bégarie le 28 novembre 2014
    -Une commode parisienne en noyer chez Mercie et co le 13 juin 2010
    -Un fauteuil dossier à la reine Louis XV chez Libert le 6 Avril 2005
    -Une série de 4 fauteuils cabriolet Louis XV chez Beaussant Lefèvre le 15 novembre 2002
    -Une paire de fauteuil à la reine Louis XV chez Rouilac le 31 mai 1997
    -Un fauteuil cabriolet Louis XV, à Rouen le 12 Avril 1987 (kjellberg)
    -Une série de 4 fauteuils à la reine, à Bordeaux le 13 mai 1987 (kjellberg)
    -Un canapé corbeille Louis XV, chez galerie Charpentier le 9 mars 1954 (kjellberg)
    -Un lit d’époque Louis XV à la galerie Georges-Petit le 13 Mai 1922
    Au vu de ses éléments on peut en déduire une variété dans la production des ouvrages estampillé Veuve Héron, cependant il y a une correspondance au niveau des styles, si il sont de style Louis XIV pour les meubles, les sièges sont tous de style Louis XV, correspondant à des productions des années 1750-60
     
    On trouve peut de renseignement concernant cette estampille, cependant en recoupant plusieurs documents et en partant de Charles Héron on trouve quelques renseignements:
    Charles Héron, est un menuisier, ayant reçu sa maitrise par une des 6 lettres royales éditer au moment mariage de Louis XV le 20 juin 1725 avec Marie Leszczynska , Le maître menuisier se marie en Avril 1754 à l'âge de 52 ans avec Mouginot Anne, ils sont domiciliés rue de la Cerisaye.
    On apprend que Jean Pierre Dargny, compagnon menuisier, rue de Popincourt, loue encore en 1758 la maîtrise de Charles Héron, cédée par sa veuve Anne Mongenot, domiciliée rue de la Cerisaie paroisse Saint Paul, ne connaissant pas la date de mort de Charles Héron, cette estampille pourrait donc être apparue entre 1755 et 1758,
     
    On ne trouve pas de meuble portant l’estampille de Charles Héron, pour une raison très simple, ayant reçu sa maitrise en 1725, très peu de maitre menuisier ou ébéniste frappaient leurs meuble de leurs estampille a cette période, les statuts promulgué par des lettres de Louis XV en 1743 n’étant publiées que en 1751, ce n’est qu'à partir de cette date que l’estampille devient «obligatoire ». de ce faite nous ne connaissons pas le travail de Charles Héron, concernant sa maîtrise il est intéressant de noter qu’elle est obtenu par «lettre de maîtriseroyal» privilège que le roi accorde à quelques marchands ou artisans pour les autoriser à exercer un certain commerce ou métier, sans qu’ils aient fait leur apprentissage et chef d’œuvre, ni été reçu maître par les autres maitre du même commerce ou métier. (source: encyclopédie, volume 9, Diderot et d'Alembert.
     
    Ce siège est en très bon état de conservation, la garniture est traditionnelle, et est recouverte d’un beau damas.
     
    Dimensions:
    Hauteur dossier: 97 cm
    Hauteur assise: 41 cm
    Largeur total: 71 cm
    Profondeur total: 62 cm

    Ref: 6BB6TTVTMN

    Style Louis XV, Transition
    Époque XVIIIe siècle
    Matériau(x) Bois peint
    Délai d'expédition Prêt à être expédié en 4-7 jours ouvrables
    Localisation 89260, La chapelle sur oreuse, France

    La garantie Acheteur sur Antikeo

    4 engagements pour acheter en toute confiance

    Trustpilot & Antikeo Les avis de nos clients : 4.5 / 5

    Newsletter

    Restez informés de nos dernières nouveautés

    Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez leur utilisation.